Cabinet de Shiatsu Martigny

Bibi Marie Holenweg

 

 

Histoire du Shiatsu

 

Le Shiatsu s'inscrit dans la filière particulièrement riche des techniques manuelles pratiquées depuis des millénaires en Extrême Orient.

Le TAO-YINN, "Massage par la pression des doigts" semble l'ancêtre le plus direct du Shiatsu. Il apparaît en Chine, aux environs de 530 avant JC...

Au 7ème siècle environ, le Japon est à son tour touché par ce phénomène, le TUI-NA et l'AN-MO virent le jour. Ces disciplines procédaient par vibrations, percussions et étirements.

 

A travers les siècles, ces techniques se développent et épousent d'autres formes de thérapies manuelles basées sur l'utilisation du Qi. On nomme ces pratiques ANMA ("Prendre soin avec les mains").

L'Anma est la version japonaise de l'Anmo, il est établi à partir des techniques de Shiatsu et permet de stimuler des points pendant un massage assis.

Voici 300 ans, l'étude du Anma était obligatoire pour les médecins et thérapeutes japonais. La connaissance des canaux de Qi (méridiens) et des points de pression (Tsubos) pouvait leur permettre de connaître l'anatomie, de faire un diagnostic et de traiter avec les massages, l'acupuncture ou les herbes... Peu à peu l'Anma devint un terme trop généralisé et les autorités japonaises décidèrent que ce mot devait uniquement décrire les pratiques visant à produire "relaxation et bien-être".

Quelques groupes de praticiens avaient sauvegardé la technique d'origine du Tao-Yinn. Erudits en "Médecine Chinoise", ils explorèrent une pratique où la Médecine Chinoise et l'utilisation de la pression se complémentent.

Au fur et à mesure, la technique, chinoise à l'origine, devint japonaise et connut son apogée à l'époque EDO (1616-1867).

A la demande du gouvernement de l'époque, cette dernière spécialité fut réservée aux non-voyants et évolua en une sorte de massage relaxant dénué de toutes connotations médicales. Il faut attendre la dynastie MEIJI (1868) pour que l'AN-MA, privilégiant cette fois-ci la "pression", fasse à nouveau son apparition dans un contexte plus médical.

A travers les siècles, une minorité de praticiens se communiquèrent cette connaissance qu'ils nommèrent SHIATSU.

Le shiatsu est devenu très populaire, grâce à sa façon de traiter non pas les symptômes, mais la personne dans son ensemble.

La reconnaissance officielle du Shiatsu comme "thérapeutique" par le Ministère de la Santé japonais qui le définit en 1955 comme suit: "Le Shiatsu est une forme de manipulation qui utilise les pouces et les paumes des mains, sans aucun instrument mécanique ou autre, qui applique une pression sur la peau humaine, pour corriger le mauvais fonctionnement interne, favoriser et maintenir la santé et traiter les maladies spécifiques".

C'est dans les années 1970 que le Shiatsu apparaît publiquement en Europe et aux U.S.A. notamment via le Shiatsu enseigné par Sensei Masunaga.

 

Spécificité du Iokai Shiatsu

 

Shizuto MASUNAGA                                           

L'école IOKAI SHIATSU a été fondée au Japon par Maître Shizuto MASUNAGA. Cet enseignement est dispensé en Europe depuis le début des années '80, en restant absolument fidèle aux principes de son fondateur, dont les recherches visaient avant tout à redonner au shiatsu sa véritable place dans la vaste constellation de la médecine traditionnelle orientale.

Après avoir enseigné pendant

de nombreuses années au sein de la Nippon Shiatsu School, Maître Shizuto MASUNAGA a souhaité créer sa propre école, afin de développer un enseignement conforme au sens de ses propres recherches. En effet, le shiatsu couramment pratiqué au Japon était un " shiatsu des tsubos " (tsubo = point d'acupuncture), c'est-à-dire une pratique dérivée de l'acupuncture, qui n'explore pas toutes les possibilités et les spécificités de l'approche manuelle.

 

 

 

Kazunori SASAKI Sensei                                        

 

Fondateur du IOKAI MERIDIAN SHIATSU en Europe et président de l’Association Iokai Shiatsu Europe (AISE). Après ses voyages en Inde et en Chine dans le but de développer une profonde compréhension de la pensée spirituelle orientale, il a travaillé longtemps au Centre IOKAI de Tokyo.

Il y assistait Masunaga Sensei dans son enseignement pratique et théorique du shiatsu.

En 1981, Kazunori Sasaki Sensei arrive en Europe pour y enseigner le IOKAI SHIATSU et poursuivre ses recherches dans le domaine de l’esprit et de la connaissance de la médecine orientale traditionnelle au travers du shiatsu. Sasaki Sensei forme des praticiens et des enseignants dans plusieurs pays d’Europe.

 

 

 

 

 

Shiatsu des méridiens

 

Maître Shizuto MASUNAGA a donc donné naissance au IOKAI SHIATSU, ou shiatsu des méridiens. Plutôt que de considérer uniquement l'action des points d'acupuncture, le IOKAI SHIATSU est une approche globale centrée sur le diagnostic énergétique et le traitement des méridiens, par pressions ou étirements et mobilisations des membres. Le système des " méridiens du shiatsu " mis en évidence par Maître MASUNAGA fait aujourd'hui autorité dans toutes les écoles de shiatsu, car si les points correspondent parfaitement au traitement par les aiguilles tel qu'il se pratique en acupuncture, les méridiens sont de toute évidence le champ privilégié de l'approche manuelle qu'est le shiatsu.

Le " méridien " est généralement défini comme un système organique et énergétique qui permet la circulation du Ki (énergie vitale) et le Ketsu (circulation du sang).

Le réseau des méridiens tisse les liens indispensables entre notre corps physique et l'énergie qui l'anime. Les méridiens relient la profondeur du corps et sa surface, assurent la circulation de l'énergie entre le haut et le bas du corps et irrigent les moindres parcelles du corps.

Ils sont invisibles et connectés les uns aux autres. Chaque méridien reflète sa propre couleur et ses propres émotions.